Melania

Voyance gratuite

comment transformer pensées négatives

Comment transformer vos pensées négatives en pensées positives ?

Avez-vous une idée du nombre de pensées que notre esprit génère chaque jour  ? Environ 60 000, selon les spécialistes, ce qui représente 2 500 pensées par heure !

Tel un effet domino, ces pensées déclenchent en nous une réaction en chaîne : chaque pensée provoque des émotions ou des sentiments, qui vont à leur tour agir sur nous comme des moteurs (pour les pensées et les émotions positives) ou comme des freins (pour les pensées négatives).

J’ai une bonne nouvelle pour vous : nous sommes toutes et tous à même de prendre le pouvoir sur nos pensées, de les maîtriser, afin d’augmenter notre état de paix intérieure et de bien-être.

Je pense ici à ce que Bouddha disait :

« Ce que nous sommes aujourd’hui résulte de nos pensées d’hier ; et de nos pensées d’aujourd’hui dépendra notre vie de demain : notre esprit bâtit notre vie. Votre pire ennemi ne peut pas vous blesser autant que vos pensées. Mais une fois maîtrisées, personne ne vous aidera autant que vos pensées » .

« Notre esprit bâtit notre vie » , « une fois maîtrisées, personne ne vous aidera autant que vos pensées » : j’aimerais tant que vous en soyez-vous convaincu(e), car c’est là, je pense, une des clés essentielles à notre quête du bonheur.

Alors comment ne pas être victime de vos pensées négatives ? Comment ne pas les laisser vous détruire à petit feu ? Comment transformer vos pensées négatives en pensées positives ?

Je vous livre aujourd’hui quelques méthodes que je pratique moi-même depuis de longues années, et dont j’ai la conviction intime qu’elles vous aideront à vivre mieux, avec vous-même d’abord, mais aussi avec les autres.

Prendre conscience des pensées négatives qui vous nourrissent

comment ne plus avoir des pensées négativesVous avez peut-être construit l’adulte que vous êtes aujourd’hui sur un mode de pensées négatives, alimentées par votre entourage, puis, plus tard, par habitude et par mimétisme, par vous-même.

Certains consultants m’avouent avoir été « bercés » tout au long de leur enfance par des paroles destructrices, telles que « tu n’y arriveras pas » « ce n’est pas fait pour toi » « si seulement tu étais différent » , voire pire « tu es un(e) imbécile » …

A l’image de la mauvaise herbe qui envahit un jardin en fleur, ces pensées ont pris possession de votre esprit, et aujourd’hui, elles vous étouffent, empêchant la « bonne graine » de germer et de grandir en vous.

La première étape est donc de prendre conscience de ce système de pensées dans lequel vous avez grandi, dont vous êtes probablement dépendant(e) et dans lequel vous êtes enfermé(e), comme enchainé(e).

Vous devez être convaincu(e) qu’il ne tient qu’à vous d’accepter, ou de cesser, de vivre dans ce cycle destructeur.

Prendre conscience de vos propres pensées négatives

Ce n’est pas un exercice facile, mais vous y parviendrez avec un peu de pratique j’en suis sûre.

Il peut s’agir de pensées négatives à votre encontre : « je suis trop gros(se ) » , « je suis moche » , « je ne sais pas faire » , « je suis nul(le) » , « je n’y arriverais pas » , ou à l’encontre des autres : « c’est un incapable » , « il/elle est insupportable » , « je le déteste » …

comment chasser idées négativesSi vous le pouvez, comptez ces pensées négatives, et notez-les sur un carnet.

Les écrire, c’est une manière de mieux les observer, de mieux les reconnaître, de mieux vous les approprier afin, dans un second temps, de mieux les chasser.
Vous serez probablement surpris(e) par leur nombre. Les spécialistes parlent d’une proportion de 80% de pensées négatives, ce qui représente potentiellement 2 000 pensées négatives par heure !

Imaginez un instant que vous participez à une expérience humaine sur le bien-être. Vous avez face à vous des enfants en bas âge, et vous devez, pendant 1 année complète, exprimer toutes ces pensées négatives à ce groupe d’enfants, à raison de 2 000 par heure. Inutile d’être un expert en psychologie pour imaginer les effets dévastateurs que pourrait avoir cette expérience sur le niveau de confiance de ces enfants, et sur leur aptitude à devenir des adultes épanouis et heureux.
Pourtant, cette expérience, vous la faites quotidiennement avec vous-même, à chaque fois que vous prononcez et que vous vous murmurez ces paroles destructrices.

Modifier et remplacer vos pensées négatives

Si vous dites à un enfant « ne traverse pas la rue » , quelle image lui vient spontanément à l’esprit selon vous ? Probablement l’image d’une personne qui traverse la rue, justement !
L’esprit est ainsi fait : lorsque vous utilisez une tournure négative pour parler de quelque chose, vous (ou la personne à laquelle vous vous adressez), êtes amené(e) à penser à cette chose afin de mieux la comprendre et mieux la retenir. Essayez donc plutôt de reformuler cette pensée en utilisant une tournure positive.

Vous avez demain un rdv important et vous pensez « il ne faut pas que j’arrive en retard » . Si à la place, vous vous dites « demain, j’arriverai à l’heure à mon rdv » , vous vous donnez davantage les moyens d’arriver en effet à l’heure, sans stress.

Il est donc temps à présent de remplacer vos pensées négatives par des pensées positives.

Je vous donne ici quelques exemples avec des phrases simples. Au départ, tout cela ne vous semblera pas très naturel, votre esprit étant « mal éduqué et mal habitué », mais comme toute chose, à force de pratique, vous développerez certains réflexes.

comment être positif

  • Bannissez le plus possible le mot « désolé(e) » de votre vocabulaire, et à la place, dites « merci«  ; Par exemple, à la place de « désolé(e), je ne suis jamais très clair(e) dans mes explications » , dites « merci de ta compréhension » ou encore « merci de ton écoute » . A la place de « désolé(e) pour mon retard » , dites « merci d’avoir patienté » .
  • Dans le même esprit, remplacez, dès que vous le pouvez, « mais » par « et » ,  » problème » par « objectif » ou « solution » , « discuter » par « dialoguer » et « échec » par « résultat » .
  • « je devrais » devient désormais « je pourrais » .
  • « j’espère que…  » : « je sais que …  » . Par exemple : « je sais que je peux le faire » à la place de « j’espère que je vais y arriver » .
  • « je n’y arriverai pas » ou « je ne peux pas le faire » : « je veux le faire » ou « comment puis-je le faire ? » .
  • « la vie est une lutte » , ou « la vie est un combat » : « la vie est pleine de surprises » , ou « la vie est une aventure » .
  • « j’ai échoué » : « j’ai participé » , « j’ai fait de mon mieux » .
  • Au lieu de dire « je dois faire ça » , dites plutôt « je choisis de faire ça » .
  • « c’est trop dur » : « ça va demander des efforts, et je vais y arriver » .
  • « mon plan n’a pas marché, je suis déçu(e) » : « j’ai un plan B, il y a de l’espoir » .
  • « c’est un problème » : « c’est une chance » .
  • « j’ai un problème » : « j’ai l’occasion de trouver une solution » .
  • « si seulement…  » : « la prochaine fois… « 
  • « pourquoi ça n’arrive toujours qu’à moi » : « chaque chose a sa raison d’être » .
  • « je ne fais jamais rien de bien » : « tout le monde fait des erreurs » .

Faites-vous aider par votre entourage

Vous pouvez vous faire aider par votre entourage de deux manières.

D’abord, demandez à vos proches (amis, famille, collègues…) de vous aider à prendre conscience de vos pensées et de vos paroles négatives : à chaque fois qu’ils vous entendront utiliser des tournures négatives, ou exprimer des pensées dommageables pour vous ou pour les autres, demandez-leur de vous faire un signe ou de vous interrompre. Avec le temps, vous allez rapidement être à même de vous auto corriger et de vous « autocensurer ».

Ensuite, faites en sorte de vous entourer de personnes positives le plus possible. Débarrassez-vous de ceux et celles qui ont une mauvaise influence sur vous, de ceux qui ne rient jamais, qui se plaignent sans cesse de tout, de ceux qui vous envient, vous jalousent, et ne voient la vie que du mauvais côté. « Loin des yeux, loin du cœur« , vous connaissez sans doute cette expression ?

Vous voilà à présent mieux armé(e) pour chasser le négatif en vous, et laisser toute sa place au positif, au bon, au mieux, au bien…

Il est temps à présent de prendre soin de vous, et avant de vous passer le relais, je vous invite à méditer cette phrase :

« Ne consent pas à ramer quand une force supérieure te pousse à voler »
Helen Keller

Amicalement.

melania voyance

Catégorie : Voyance gratuite

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*