Melania

Voyance gratuite

Savoir demander de l'aide

Savoir demander de l’aide quand vous en avez besoin

Je suis certaine qu’au cours de votre vie, vous vous vous êtes déjà retrouvé(e) dans une situation délicate, peut-être même une situation de détresse. Avez-vous su crier au secours, lancer une bouteille à la mer, allumer une fusée de détresse… en bref, avez-vous su demander de l’aide ?

Bien souvent, les personnes qui me consultent m’avouent ne pas avoir osé parler de leurs soucis à d’autres que moi. Alors je m’interroge aujourd’hui avec vous : pourquoi est-ce si difficile de demander de l’aide ? Il y a je pense plusieurs explications à ce phénomène…

Les barrières qui nous empêchent de demander de l’aide

demander de l'aideD’abord, nous vivons dans une société où la force, le courage et l’indépendance sont fortement valorisés. Or, pour beaucoup, demander de l’aide, c’est être vulnérable, faible, voire incompétent. Certains y voient même une démarche infantilisante.

La peur de demander de l’aide peut aussi venir d’un blocage ancré depuis l’enfance. Nombreux sont ceux et celles qui, petits, s’entendaient dire par leurs parents « débrouille-toi tout seul, je n’ai pas le temps » ou « tu es bien assez grand pour le faire tout seul » ou encore « quoi, mais tu ne sais pas faire ça tout seul ? ». Autant de paroles destructrices qui laissent des empreintes indélébiles, et dont il est difficile de se détacher une fois arrivé à l’âge adulte.

Enfin, oser demander de l’aide nécessite d’accepter l’idée du refus, or, recevoir un « non » est pour certains très difficile à vivre dans la mesure où ils confondent le « non » en réponse à la demande du « non » adressé à la personne toute entière.

Toutes ces peurs et ces blocages sont finalement de simples croyances, parfois de simples illusions, dont il est important de pouvoir s’extraire.

Comment dépasser ces barrières ?

contourner obstacleEt si nous apprenions, ensemble, à changer notre perception et à adopter un regard différent sur toutes ces croyances qui nous empoisonnent la vie, et la rendent finalement beaucoup plus complexe qu’elle ne l’est déjà ?

 

Par exemple…

D’abord, souvenez-vous que l’être humain, en général, aime rendre service, un comportement que l’on peut aussi observer chez de nombreuses espèces animales. Vivre en société, c’est vivre ensemble, dans l’échange, le partage et l’entraide.

Rappelez-vous aussi que lorsque vous sollicitez l’aide d’un ami, d’un frère, d’un voisin, ou d’un inconnu dans la rue, vous lui permettez de se sentir utile et aimable, des valeurs auxquelles la plupart d’entre nous attachons encore beaucoup d’importance.

Apprenez à accepter le refus, et à dissocier le « non » fait à votre demande d’aide du « non » fait à votre personne. Lorsque vous demandez de l’aide et que la personne refuse, elle ne rejette pas la personne que vous êtes et ce que vous représentez à ses yeux, mais uniquement votre demande. Il est important de dissocier ces deux notions, surtout si vous avez tendance à manquer de confiance en vous.

Enfin, au lieu de voir de la faiblesse en celui qui demande de l’aide, pourquoi ne pas plutôt voir de la force de caractère ? Car en effet, être capable de demander de l’aide, c’est ne pas avoir peur de reconnaître ses limites, c’est ne pas avoir peur du regard des autres, et c’est bien là où réside la véritable force de caractère… ne trouvez-vous pas ?

Comment demander de l’aide simplement ?

Une fois ces barrières tombées et ces croyances dépassées, vous n’aurez plus qu’à respecter ces quelques étapes clés.

  • Accepter que vous ayez besoin d’aide
  • Accepter (et non anticiper) la possibilité du refus
  • Bien choisir la personne à qui vous demandez de l’aide (choisir une personne bienveillante à votre égard)
  • Choisir le bon moment (évitez par exemple de le faire entre deux portes)
  • Exprimer votre besoin clairement et simplement, en dissociant la situation de l’émotion
  • Accorder du temps à votre demande. Il ne s’agit pas de la faire à la va-vite pour s’en débarrasser, mais de prendre le temps nécessaire pour poser clairement vos idées.
  • Bien sûr, ne pas oublier de remercier…

J’aurais pu ajouter un autre point à cette liste : ne pas oublier de vous aider vous-même… car comme le dit ce proverbe Tibétain : « Quand on est à terre, on ne peut aider les autres à se relever ». Il n’y a qu’en étant debout soi-même que l’on peut en effet aider les autres. En somme, prendre soin des autres commence par prendre soin de soi-même.

Je vous invite d’ailleurs à découvrir quelques conseils qui pourront vous aider à prendre soin de vous et de votre bonheur.

Amicalement

melania voyance